La Verrière - Le parc de l'Institut Marcel-Rivière

Aujourd'hui propriété de la Mutuelle générale de l'Éducation nationale (MGEN), le château de La Verrière et son magnifique parc sont aussi des témoins de l'Histoire.

La Verrière - Le parc de l'Institut Marcel-Rivière

Un domaine du XVIIe siècle 

Lorsque l'on s'intéresse au parc et au château de la MGEN, il faut s'attendre à faire un bond dans le temps... C'est en 1507, avec l'achat de la terre de La Verrière par Barthélemy Séguier, noble et magistrat, que commence l'édification du château. Son descendant, Jean Séguier, chancelier du roi Louis XIV, le terminera vers 1660 en accordant une attention toute particulière au parc, confié aux plus grands paysagistes et jardiniers.

Un centre psychiatrique

Au cours du temps, le château connaît de multiples propriétaires successifs. De 26 hectares au départ, le domaine s'agrandit pour atteindre les 838 hectares en 1830. En 1920, M. Moulton, un riche Américain, rachète les lieux. À sa mort, en 1951, ses héritiers revendent à la MGEN, qui restaure le site (174 hectares) et le transforme en centre psychiatrique à la fin des années 1950.

Des jardiniers aux petits soins

Pendant longtemps, l'institut a pu vivre quasiment en autarcie grâce à son potager. Aujourd'hui, si l'importance des fruits et légumes n'est plus la même (ils ont surtout un rôle thérapeutique), les fleurs et les plantes sont en revanche très présentes. Les jardiniers sont aux petits soins, choisissant méticuleusement couleurs et formes, car elles jouent un rôle notable dans le bien-être quotidien des patients.


Un jardin thérapeutique

Sous l'égide de Marcel Rivière, instituteur et président fondateur de la MGEN, le parc joue un rôle à part entière dans le traitement des maladies mentales. La psychiatrie évolue : « les fous » ne sont plus enfermés, mais considérés comme des humains, devant être traités comme des patients. Les interactions entre cadre de vie et maladie sont mises à jour : on cherche alors à utiliser l'espace architectural comme moyen thérapeutique. Cette pratique « d'hôpital ouvert » pratiquée à l'institut va révolutionner les traitements psychiatriques en France et attirer des délégations étrangères.

Un parc attribué à Le Nôtre


Allée superbe, symétries et élégance... Le parc du château constitue un héritage historique précieux. On le doit sans doute à André Le Nôtre, le jardinier de Louis XIV, également à l'origine des jardins des Tuileries, du Luxembourg, de Vaux-le-Vicomte et de Versailles. Sa perspective (photo) a même été classée au titre des Monuments historiques.