L'art et la matière

L'art et la matière

Comme une évidence singulière

Sculpture Nicolas Sanhes : Fonte n°1Fonte n°1, installée dans le jardin d'Orly-Parc, à La VerrièreUne espèce de cloche coupée en deux. C’est à cela que fait penser Fonte n° 1, la sculpture réalisée par Nicolas Sanhes en 2000, achetée par la ville et installée dans le jardin d’Orly-Parc à La Verrière en 2003.

Cette oeuvre en fonte de 10 tonnes fait partie d’une série que le créateur
appelle Évidences singulières. Elle constitue une première étape dans le travail de l’artiste, qui a commencé à produire ce genre de formes en 1997, peu de temps après son installation à Saint-Quentin-en-Yvelines. Fonte n° 1, qui
occupe le vide et dont l’espace intérieur est aussi important pour l’artiste que la surface extérieure avec laquelle il s’articule, est le point de départ de ses recherches actuelles.

Un vocabulaire de lignes

Sculpture Nicolas Sanes : digitalisation en 3D de la structure géométrique de Fonte n°1.Digitalisation en 3D de la structure géométrique de Fonte n°1Toujours à La Verrière, cette fois dans le bassin de l’hôtel de ville, cette sculpture en métal peint, qui pèse 500 kg, a été réalisée en 2003 et achetée par la commune dans la foulée. Elle est le résultat d’une digitalisation en 3D de la structure géométrique de Fonte n° 1. « Je réfléchissais à une manière d’intégrer l’outil informatique dans mon travail de sculpteur, et je m’en suis donc servi pour extraire la structure géométrique de ma précédente oeuvre. Je l’ai alors déformée pour ne m’intéresser qu’au vide de la sculpture plutôt qu’à sa masse. J’ai ainsi créé un maillage dans l’espace. »

Un travail à partir duquel le sculpteur a élaboré ce qu’il appelle un « vocabulaire de lignes informelles ». Des lignes qu’il utilise depuis, de manières différentes, pour créer à chaque fois des sculptures nouvelles.

Des oeuvres pour tous

Sculpture Nicolas Sanhes à TrappesSculpture réalisée en collaboration avec les élèves du Lycée professionnel Louis-Blériot, à TrappesAbstrait et sans message, si ce n’est l’art pour l’art, le travail de Nicolas Sanhes a pour ambition de se faire accepter de la population. Pour cela, l’artiste n’hésite pas à rencontrer le public. Inaugurée le 10 juin dernier, l’oeuvre monumentale d’une tonne et demie installée sur la place de la Paix, à Trappes, est ainsi le résultat d’une collaboration avec 19 élèves du lycée professionnel Louis-Blériot (Trappes). Ici, le sculpteur a utilisé ses fameuses lignes autour d’un jeu de perturbations et de tensions. « Je les ai invités à apprécier le trait, la ligne que trace un bout de fer dans l’espace. » L’enjeu, pour l’artiste, était de faire réfléchir ces jeunes Saint-Quentinois à leur métier futur et de leur montrer que couper du fer peut faire appel à la réflexion et procurer du plaisir.

www.nicolassanhes.com