Magny-les-Hameaux - Le vieux village

Le vieux village de Magny-les-Hameaux fut longtemps le coeur de cette commune rurale à l'habitat dispersé. L'église Saint-Germain et la maison des Bonheur en sont les témoins.

Magny-les-Hameaux - Le vieux village

Dès le XIIe siècle, le village de Magny possède un château fort et une église. Mais seule cette dernière résistera à la guerre de Cent Ans (1337-1453). Bien que sa structure architecturale ne présente pas de caractéristiques spéciales, le site est classé aux monuments historiques en 1935. En effet, son autel principal (en marbre rouge), la cour baptismale,
le bénitier, le christ janséniste et une trentaine de dalles funéraires aux épitaphes libellées en latin proviennent de l'ancienne abbaye de Port-Royal (voir encadré).

En cours de restauration, cette église, qui est la seule de la région (avec celle de Voisins-le-Bretonneux) à être encore entourée de son cimetière, ne peut pas être visitée pour l'instant. Mais il suffit de se promener à proximité et d'entendre résonner Célestine, Léotine et Marie, ses trois cloches, pour tomber sous son charme.

Des morts qui bougent et des dalles qui se dressent

En 1711, l'abbaye janséniste de Port-Royal est détruite sur ordre du roi Louis XIV. Les dépouilles qui s'y trouvent sont alors en partie transférées à l'église du village, sous des pierres blanches, dans la nef de la Vierge. À cette occasion, bon nombre de pierre tombales sont alors réutilisées par le curé de Magny pour servir de dallage au bâtiment. En 1862, l'abbé Lejour, mieux inspiré, les fait relever et dresser tout autour de l'église.


Rendez-vous des artistes

Autre bâtiment phare du village, l'ancien presbytère du XVIIIe siècle, connu aujourd'hui sous le nom de maison des Bonheur, a eu son heure de gloire durant la seconde moitié du XIXe.

C'est ici que le peintre Robert Fleury a reçu Corot, qui a peint sur les murs de la demeure plusieurs paysages. Brascassat lui succéda, ainsi qu'Auguste Bonheur. Son fils, Raymond, compositeur, y recevra à son tour musiciens, écrivains et peintres : André Gide, Claude Debussy, Ernest Chausson, Eugène Carrière, Francis Jammes, Charles Guérin et surtout le poète Albert Samain, qui mourra dans une maison voisine, le 18 août 1900.

Maison Des BonheurBeaucoup de ces illustres personnages ont donné leur nom à des équipements magnycois. Quant à Auguste et Raymond Bonheur, ils sont enterrés dans le cimetière de la commune où une plaque a été érigée à la mémoire d'Albert Samain.
Après avoir été la mairie de Magny, la maison des Bonheur est aujourd'hui dédiée aux arts.

 Nicolas Gervais pour le Petit Quentin d'octobre 2004

  • Maison des Bonheur
    2, rue Ernest-Chausson à Magny-les-Hameaux - Tél. : 01 61 37 09 33

Repères

> Xe siècle : construction du château dont les ruines se trouvent derrière l'église.
> XIIe siècle : édification probable de l'église.
> 1711 : exhumation des corps et des coeurs du monastère de Port-Royal. Ils sont inhumés dans l'église Saint-Germain.
De nombreuses dalles sont réemployées.
> 1855 : arrivée du peintre Robert Fleury dans l'ancien presbytère.
> 1910 : premier téléphone public installé dans l'épicerie Langot, face à l'église.
> 1911 : premier recensement du siècle. 431 habitants vivent à Magny, le village en compte le quart.
> 1913 : première ligne électrique.
> 1973 :la maison des Bonheur devient la nouvelle mairie.
> 2000 : un nouvel hôtel de ville voit le jour à Cressely. La maison des Bonheur est dédiée aux arts (expositions, rencontres...)