L'Armorique et les immeubles plots

L'architecte Jean-Pierre Buffi et ses associés ont proposé à Montigny une nouvelle approche du logement social. Sa particularité valait bien d'être notée sur la carte du patrimoine.

L'Armorique et les immeubles plots

L'Armorique : une esthétique hors normes

HLM Armorique MontignyL'Armorique marque un renouveau de l'architecture du logement socialLivré en 1989, L'Armorique est un long immeuble de logements HLM (175 m) situé dans le quartier du Manet (Montigny). Il marque un renouveau dans l'histoire de l'architecture du logement social : loin des barres ou des tours, l'architecte a souhaité créer un « immeuble en relief » avec des loggias, des balcons et des toitures arrondies. Les entrées surmontées de coques de béton blanc témoignent de la qualité de ce bâtiment à l'esthétique hors normes, dont les appartements sont distribués par des escaliers disposés à l'arrière, dans la verdure. Deux grands passages voûtés permettent de passer de la rue aux jardins.

 Les immeubles-plots : une référence au mouvement moderne

Immeubles-Plots MontignyLes immeubles-Plots situés avenue Joseph-kessel à MontignySitués avenue Joseph-Kessel (quartier de la Sourderie-Nord), les trois immeubles-plots et « l'immeuble en long » (rue des Pyrénées) comptent 79 appartements. Livrés en 1993, ces logements sociaux se distinguent par une qualité architecturale remarquable qui leur donne une silhouette élégante. « Ces petites unités d'habitation (huit familles) doivent leur typologie à la présence immédiate du parc, explique Pascal Quéré(1). C'est une certaine idée du luxe, même dans un logement social, qu'il faut sous-entendre ; habiter dans un parc est une occasion rare.

(1) Pascal Quéré, architecte, a travaillé avec Jean-Pierre Buffi.

Une architecture aérée

Armorique Plots Derriere webLes immeubles-Plots, vus du Parc.Jean-Pierre Buffi a régulièrement participé, tout au long de sa carrière, à des concours internationaux (bureaux, logements, équipements publics). Il a notamment réalisé Les Collines de La Défense, l'École nationale d'art à Cergy ou encore le musée national de la Préhistoire en Dordogne. Ses réalisations saint-quentinoises se signalent par leur référence au mouvement moderne, qui préconisait des fenêtres en longueur, des toitures terrasses et une large place à la verdure en pied d'immeuble.