Guyancourt - Les Caryatides et les Gogottes

Le quartier guyancourtois de Villaroy est organisé autour d'un axe symbolique reliant le passé du territoire (l'église de Guyancourt) à son avenir (le Technocentre Renault). À l'intérieur de cet axe, les Caryatides, ensemble d'habitations, et les Gogottes, sculptures, retiennent l'attention du promeneur.

Guyancourt - Les Caryatides et les Gogottes

Créé au début des années 90, Villaroy, quartier néo-haussmannien, a été structuré avec soin, à l'image du bassin du Poteau et de ses deux rives contrastées, l'une naturelle et paysagée, l'autre aménagée en promenade balnéaire.
Dans la continuité du bassin, un square « parisien » bordé de grilles en fer forgé, abrite un étrange bestiaire... L'artiste grec Tloupas Philolaos y a en effet installé ses Gogottes, sculptures réalisées en gravier et acier inoxydable, représentant des animaux fantastiques imaginés à partir d'un livre de Babar.
Destinées aux enfants qui peuvent jouer avec, ces oeuvres constituent une des originalités du quartier.

Des points de repères

Les sculptures animalières des Gogottes, adoptées par les enfants, font partie de leur univers quotidien.Les sculptures animalières des Gogottes, adoptées par les enfants, font partie de leur univers quotidien.Doté de nombreux équipements de facture contemporaine (la Maison de la poésie et la médiathèque Jean-Rousselot avec sa façade en verre), Villaroy abrite également une réalisation de prestige : les Caryatides (1992). L'architecte espagnol Manolo Nuñez-Yanowsky a choisi de donner le nom de Caryatides aux deux immeubles symétriques et imposants qui marquent symboliquement l'entrée du quartier du côté du Technocentre Renault, en référence aux antiques statues de femmes supportant une corniche sur leur tête. Disciple de Ricardo Bofill (architecte, entre autres, des Arcades du Lac à Montigny-le-Bretonneux), Manolo Nuñez-Yanowsky se rattache au courant post-moderne. Empreint de fortes références à l'histoire, ce courant architectural s'accompagne d'une démarche fondée sur la redécouverte du monument et de l'ornement en tant que points de repère dans la ville. Il écrira notamment ses lettres de noblesse dans les villes nouvelles.

Vénus tronquées

Manolo Nuñez-Yanowsky a souhaité que ses réalisations soient marquées par un geste architectural fort. Il a imaginé cette série de Caryatides en béton moulé, représentations agrandies et tronquées de la Vénus de Milo, pour soutenir les extrémités des deux corps de bâtiment. À l'intérieur, les appartements sont plus classiques et la séparation entre le jour et la nuit est induite par la présence d'un hall qui dessert d'un côté une cuisine et un séjour et, de l'autre, les chambres, la salle de bain aveugle et les toilettes. Précisons enfin que, si l'une des constructions est en accession à la propriété, l'autre est en locatif aidé. Leurs façades n'en sont pas moins identiques.

Ici toutefois, les caryatides ont une fonction purement esthétique, alors que dans l'architecture classique elles supportent habituellement une corniche.

P45Renault weble grand hall du technocentreUne ville dans la ville

Le Technocentre Renault a été conçu par les architectes Chaix et Morel (bâtiment l'Avancée), et Valode et Pistre (bâtiment la Ruche) sur les terrains de l'aérodrome fermé en 1989. Sur 150 hectares, ce centre consacré à la conception automobile, rassemble 600 000 m² de bâti. Sur place : restaurants, boutiques, salle de sport, coiffeur, jardins et espaces de travail et de détente en font une ville dans la ville.Nicolas Gervais pour le petit Quentin