Visite "A la recherche des reliques perdues de saint Quentin"

A l’occasion des quarante ans de la création de la ville nouvelle de Saint-Quentin en Yvelines, le Musée de la ville et le Musée National de Port-Royal des Champs vous proposent de découvrir 400 ans d’histoire locale autour de l'origine méconnue d'un nom : « Saint-Quentin ».

Visite "A la recherche des reliques perdues de saint Quentin" © Musée national de Port-royal des Champs / A. Baud

Menez l'enquête avec les historiens !

Cette année, les Journées du Patrimoine sont dédiées aux « patrimoines cachés ». En l’occurrence, il sera question des reliques sacrées de saint Quentin, martyrisé au IIIème siècle de notre ère, dont nul ne sait ce qu’elles sont devenues.

On les aurait peut-être même définitivement oubliées si un ouvrage, rédigé par des savants Solitaires ayant fréquenté Port-Royal des Champs au XVIIème siècle, n’était venu les rappeler à notre souvenir.

Percez le mystère avec les historiens du Musée de la ville et du musée National de Port-Royal des Champs et renouez avec la mémoire locale.

Infos pratiques :
Samedi 15 et dimanche 16 septembre, de 9h30 à 17h.
Sur réservation auprès du Musée de la ville (01 34 52 28 80 ou museedelaville@agglo-sqy.fr)
Rdv : 9h15 au musée de la ville ; prévoir son pique-nique et des chaussures de marche !
Parcours en bus et pédestre.

Que sont les reliques devenues ?

Suivez donc les historiens pour un voyage dans le temps qui vous conduira en divers lieux de l’agglomération :

  • Aux anciens marais de Trappes près desquels s’élevait la chapelle votive dédiée au saint Quentin.
    Celle-ci a probablement abrité les fameuses reliques avant d’être démontée lors de l’aménagement de l’étang, qui a hérité de son nom, creusé sur ordre de Louis XIV pour acheminer l’eau vers les bassins du château de Versailles. Etang qui, à son tour, laissera son nom, trois siècles plus tard à la ville nouvelle.

  • Aux ruines de l’abbaye de Port-Royal des Champs rasée toujours sur ordre de Louis XIV et par où les reliques ont transité.

  • A l’ancien manoir féodal de Buloyer où les reliques ont été un temps conservées.
    Transformé ensuite en ferme, le site deviendra, dans la seconde moitié du XXème siècle, le siège de l’Etablissement Public d’Aménagement chargé de la construction de la ville nouvelle.

C’est, par conséquent, un territoire profondément ancré dans l’histoire que le Musée de la ville et le Musée National de Port-Royal des Champs vous convient à revisiter. Une histoire qui, dit-on, « ne se répète pas [mais] bégaie». Mais il semblerait qu’à Saint-Quentin-en-Yvelines, elle cligne également de l’œil !