Acquisitions en 2017

Le Musée collecte selon certaines thématiques en vue d'une exposition ou pour enrichir son fonds, grâce aux dons des habitants mais aussi par une politique d'achat.En 2017, le Musée de la ville a fait de nombreuses acquisitions.

Acquisitions en 2017

En lien avec un acteur du territoire

Dans les années 1970, l’architecte et urbaniste Jacques Riboud a notamment réalisé le quartier de la Haie-Bergerie à Villepreux et l'essentiel de la partie moderne de Maurepas, commune de la ville nouvelle de Saint Quentin en Yvelines.

En tant qu’industriel, il a également conçu, avec la société Vitrex, plusieurs prototypes de voiturettes adaptées à la ville. Pourtant produites en un nombre d’exemplaires limité, le Musée de la ville a fait l’acquisition de l’une d’elle.

Du mobilier des années 1960-1970

Ces pièces au design caractéristique viennent compléter une collection déjà riche d’un mobilier révélateur d’une époque par sa forme, sa couleur ou ses matériaux.

Diaporama des pièces acquises en 2017 :

Des rééditions

Une réédition, en termes de design, est la production à l’identique d’une pièce ancienne originale réalisée par un designer, émise par le même éditeur souvent des années plus tard. Elle nécessite l’accord de l’auteur ; il ne s’agit donc en aucun cas d’une copie. Elle peut en revanche bénéficier des avancées scientifiques qui donnent naissance à de nouvelles techniques de fabrication, de nouveaux matériaux…

Les rééditions présentent donc parfois un matériau différent de l’original (pour plus de résistance par exemple), de nouveaux coloris ou une taille autre (des versions pour enfants sont ainsi apparues tels le Baby Togo ou la Panton Chair Junior)… Un phénomène de mode appelé Vintage a encouragé cette pratique et aujourd’hui, se multiplient les rééditions de pièces des années 1950, 60, 70 et au-delà. Toujours centré sur les modes de vie, le musée s’intéresse également à cette tendance.

Sur les modes de vie

13 poupées Barbie Fashionistas

Lots de 13 poupées Barbie acquis en 2017 par le Musée de la villeLots de 13 poupées Barbie acquis en 2017 par le Musée de la villeEn perte de vitesse avec sa Barbie jugée anormalement parfaite, le fabricant de jouets Mattel a décidé d’adapter la célèbre poupée mannequin, d’où la création de la gamme des « Fashionistas » qui proposent 3 morphologies : une grande, une petite et une ronde. A ajouter à cela, des poupées avec des cheveux de différentes couleurs, natures ou longueurs et avec tout un échantillon de couleurs de peau…

Cette variété se veut le reflet de la société d’aujourd’hui. Et l’acquisition de ces poupées vient compléter la collection de Barbie des années 1970 du Musée de la ville, et surtout l’enrichir en poursuivant la série dans le temps.

Des objets de la cuisine :

Les dons des habitants

Le musée reçoit aussi des dons. Les habitants proposent spontanément des objets. Bien entendu, pour être retenues pour les collections, ces propositions doivent être étudiées par la responsable des collections et le conservateur.

Pour ce faire, des photos sont demandées, avec toutes les informations pouvant être apportées sur l’objet et le contexte dans lequel il était utilisé. En effet, c’est aussi son usage qui nous apporte des éléments intéressants sur les modes de vie et, par conséquent, l’évolution de la société.

En tant que musée de société, les objets nous intéressent pour leur design, mais aussi pour tout ce qu’ils nous racontent.

Voici une petite sélection parmi les 45 dons accordés au musée en 2017 :